Les associations : produit ou ennemi de l’État intégral ?

Couverture de l'analyse de l'ARC "Les associations : produit ou ennemi de l’État intégral ?".

Une compréhension critique de ce qu’est l’État fait défaut à une large échelle, tant dans le débat public que dans les mouvements sociaux en Belgique. Cela fait partie de « l’éclipse du débat stratégique » qu’avait pointée Daniel Bensaïd dès les années 1980. Pourtant, si l’on admet la nécessité impérative pour tout projet conséquent de transformation sociale de poser la question du pouvoir politique des classes dominantes dans la société, on ne peut faire l’impasse sur la problématique de l’État et de notre rapport à lui.

Cette publication n’est pas encore en lecture publique. Elle est actuellement réservée aux abonné.e.s à la revue Permanences critiques.

Pour vous abonner : Permanences critiques – Abonnement 1 an.

Si vous y êtes déjà abonné.e, connectez-vous à votre compte

Pour vous connecter à votre compte : https://www.arc-culture.be/mon-compte/

log in

Retour sur un vieux débat entre marxistes qui pourrait nourrir la réflexion sur le rapport entre État et associations

Couverture de l'analyse de l'Arc : Retours sur un vieux débat entre marxistes.

Cette analyse propose une mise en perspective des ambivalences actuelles des rapports du secteur associatif avec l’État à travers la reconstruction du débat, chronologiquement proche mais idéologiquement lointain, entre Louis Althusser et Nicos Poulantzas autour de la question du rapport entre la lutte politique révolutionnaire et l’État.

Cette publication n’est pas encore en lecture publique. Elle est actuellement réservée aux abonné.e.s à la revue Permanences critiques.

Pour vous abonner : Permanences critiques – Abonnement 1 an.

Si vous y êtes déjà abonné.e, connectez-vous à votre compte

Pour vous connecter à votre compte : https://www.arc-culture.be/mon-compte/

log in

Derniers recours : Notes sur l’État pandémique

Couverture de l'analyse de l'ARC "Derniers recours : notes sur l'état pandémique".

Cet article explore la réponse de différents théoriciens aux hypertrophies, échecs et antinomies du pouvoir d’État révélées par la réponse politique à la pandémie de Covid-19. Il réfléchit de manière critique à la thèse selon laquelle la pandémie a favorisé une consolidation épochale d’un État biosécuritaire, ainsi qu’à l’affirmation d’un retour de l’État vers des prérogatives biopolitiques potentiellement progressistes.

Cette publication n’est pas encore en lecture publique. Elle est actuellement réservée aux abonné.e.s à la revue Permanences critiques.

Pour vous abonner : Permanences critiques – Abonnement 1 an.

Si vous y êtes déjà abonné.e, connectez-vous à votre compte

Pour vous connecter à votre compte : https://www.arc-culture.be/mon-compte/

log in

Vingt thèses sur l’actualité intempestive de l’enquête ouvrière

enquête populaire et éducation populaire

Enquêtes militantes, enquêtes ouvrières, enquêtes populaires : on ne peut que se réjouir de voir aujourd’hui la question de l’enquête resurgir, en discours et en actes, au sein du secteur associativo-militant. Nous avançons ici quelques réflexions concernant le statut de l’enquête comme pratique de production collective d’un savoir militant

Éducation populaire et émancipation. Quelques pistes.

L'émancipation des travailleurs par l'éducation permanente, réflexions.

L’émancipation peut se définir comme un processus qui vise à s’emparer et à investir démocratiquement l’avenir. L’éducation populaire est de part en part liée à l’élaboration de pratiques émancipatrices.

A propos de « La révolution féministe » d’Aurore Koechlin

La révolution féministe, compte rendu du livre d'Aurore KOECHLIN.

Cette analyse propose un compte-rendu du livre de la militante féministe et sociologue Aurore Koechlin, intitulé « La révolution féministe » (2019). L’autrice y soutient l’émergence dès le début des années 2010 d’une quatrième vague féministe venue d’Amérique Latine et qui…

Bavures, violences policières ou ordre policier ?

Bavures, violences policières ou ordre policier ?

Dès lors que se multiplient et s’intensifient les épisodes de violences policières, on voit s’opposer dans le débat public différentes conceptions du phénomène : faut-il parler de bavure, de violence policière, ou d’ordre policier ? On peut alors se demander qu’est-ce, au fond, qu’une bavure ?