ÉTAT ET ASSOCIATIONS - De l’autonomie à l’encastrement idéologique

Cette étude propose une déconstruction épistémologique de la façon dont une pensée de l’État se développe au sein des associations, en montrant comment cette pensée permet en fait – à travers l’(auto)évaluation des associations elles-mêmes – à l’État de se penser lui-même et d’intégrer dans la conception et l’implémentation de ses politiques les formes de résistance des populations soumises à sa souveraineté. Notamment, il est ici proposé de comprendre les associations comme des appareils idéologiques d’État, c’est-à-dire comme des institutions au travers desquelles, par le travail dialectique de ses contradictions, l’idéologie des classes dominantes qui détiennent le pouvoir d’État devient hégémonique dans la société. C’est seulement sur la base d’une telle vision désenchantée de la fonction assignée aux associations que des formes de résistances échappant à l’emprise de l’État et de l’idéologie dominante peuvent être réellement favorisées dans et par le champ associatif.

Type de publication

Année de publication

Auteur.rice

Catégorie

Cette étude propose une déconstruction épistémologique de la façon dont une pensée de l’État se développe au sein des associations, en montrant comment cette pensée permet en fait – à travers l’(auto)évaluation des associations elles-mêmes – à l’État de se penser lui-même et d’intégrer dans la conception et l’implémentation de ses politiques les formes de résistance des populations soumises à sa souveraineté.
Cette publication n'est pas encore en lecture publique. Elle est actuellement réservée aux abonné.e.s à la revue Permanences critiques.

Pour vous abonner : Permanences critiques - Abonnement 1 an.

Si vous y êtes déjà abonné.e, connectez-vous à votre compte

Pour vous connecter à votre compte : https://www.arc-culture.be/mon-compte/

log in