Derniers recours : Notes sur l’État pandémique

Couverture de l'analyse de l'ARC "Derniers recours : notes sur l'état pandémique".

Cet article explore la réponse de différents théoriciens aux hypertrophies, échecs et antinomies du pouvoir d’État révélées par la réponse politique à la pandémie de Covid-19. Il réfléchit de manière critique à la thèse selon laquelle la pandémie a favorisé une consolidation épochale d’un État biosécuritaire, ainsi qu’à l’affirmation d’un retour de l’État vers des prérogatives biopolitiques potentiellement progressistes. Afin de fouiller dans notre désir et/ou peur contradictoires de l’État, ainsi que dans les impératifs politiquement confus du confinement et de la libération, il explore des arguments concernant l’hostilité complémentaire de l’État et du capital. Enfin, il met ces arguments qui s’opposent au fétichisme de l’État en dialogue avec la thèse « instrumentaliste » selon laquelle c’est seulement en reconfigurant et réutilisant les capacités d’action de l’État que nos urgences chroniques pourraient trouver des issues émancipatrices.

Cet article a été d’abord publié en anglais dans Crisis & Critique, vol. 7, n° 3, 2020.

Type de publication

Année de publication

Auteur.rice

Thématique

Catégorie

Cet article explore la réponse de différents théoriciens aux hypertrophies, échecs et antinomies du pouvoir d’État révélées par la réponse politique à la pandémie de Covid-19. Il réfléchit de manière critique à la thèse selon laquelle la pandémie a favorisé une consolidation épochale d’un État biosécuritaire, ainsi qu’à l’affirmation d’un retour de l’État vers des prérogatives biopolitiques potentiellement progressistes.
Cette publication n'est pas encore en lecture publique. Elle est actuellement réservée aux abonné.e.s à la revue Permanences critiques.

Pour vous abonner : Permanences critiques - Abonnement 1 an.

Si vous y êtes déjà abonné.e, connectez-vous à votre compte

Pour vous connecter à votre compte : https://www.arc-culture.be/mon-compte/

log in