Susciter le questionnement, la réflexion et le débat sur les enjeux de notre société est l’un des objets de l’ARC.
Les publications que vous pourrez consulter ici sont le fruit de nos réflexions mais aussi le miroir de nos ambitions : donner des pistes pour appréhender notre société et la place qu’on y occupe, mais aussi pour y exercer une action citoyenne. Le tout dans le but de promouvoir l’expression et l’émancipation des minorités.
L’ARC questionne, attire l’attention sur les dérives potentielles et effectives, informe, analyse, illustre et propose des pistes de réflexion et d’action. Voici le fruit de ce travail.
Pour consulter la version papier de nos publications, prenez contact avec le secrétariat de l’ARC au 02/2196888.

Show:ToutexpressionsmemoiresociétéNumérique
Show:Tout
    Analyse 1
    Analyse 2
    Analyse 3
    Qu’est-ce que la citoyenneté et y a-t-il des conditions à son exercice? L’ARC a décidé d’approfondir la notion et en a exploré toutes les potentialités. Au travail, à l’école, en Belgique, en Europe et même hors de ces cadres, la citoyenneté est avant tout un droit pas toujours facile à exercer et souvent difficile à revendiquer.

    La citoyenneté au travail : Cap sur les nouveaux processus d’organisation au travail

    Si la « citoyenneté » est historiquement liée au fait de posséder des droits dans la « cité », elle renvoie aussi aux comportements propres au « bon citoyen ». La citoyenneté peut donc être vue comme le fait d’être reconnu comme membre de la « cité » et d’intervenir au sein de celle-ci. Mais la citoyenneté s’apprend et s’exerce. Elle peut s’envisager comme une forme d’engagement à partout activer. Dans cette optique, que pourrait recouvrir la citoyenneté au travail ?

    Lire cette analyse en ligne

    Les conditions de l’exercice politique de la citoyenneté – Vers une autre

    Le concept de citoyenneté est chaque fois plus présent dans le débat public. En éducation permanente ou pour une organisation de jeunesse, il s’agit de former des citoyens. Comme individus, il nous est demandé d’exercer notre citoyenneté à différents niveaux : en tant qu’habitants d’une commune, jeunes ou vieux, pères ou mères de famille, consommateurs, etc.

    On constate par ailleurs que les lieux où s’épanouissent les pratiques participatives se multiplient, sous forme de forums ouverts, de tables rondes, de consultations populaires, « d’ateliers du territoire », « de contrats de quartier », « d’agendas 21 », etc. Si ces avancées démocratiques sont à saluer, ne pourrions ou ne devrions-nous pas aller plus loin ?

    Le pouvoir est-il pour autant vraiment délégué au citoyen ? Les conditions de l’exercice politique de la citoyenneté sont-elles réunies ? Cela ne devrait-il pas impliquer une autre conception de la démocratie que celle dans laquelle nous vivons aujourd’hui ?Lire cette analyse en ligne